Souleymane Ndéné Ndiaye : «on doit être fier de Macky Sall»

POLITIQUE: C’est sur la lucarne de Walf Tv que l’ancien Premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye a porté la réplique aux détracteurs du chef de l’Etat qui l’ont accusé d’avoir cédé à la pression.C’est à la suite de sa décision de réajuster les mesures de lutte contre le Covid-19. Invité de l’émission Grand Soir de Walf Tv, le dernier chef du gouvernement de Wade indique qu’un président de la République doit être flexible.

Contrairement à ce que bon nombre d’observateurs de la scène politique pensent, la décision du chef de l’Etat d’assouplir les mesures barrières contre la Covid-19 est bien réfléchie. Si on se fie aux analyses de l’ancien Premier ministre sous Wade, qui était l’invité de l’émission Grand Soir de Walf Tv, Macky Sall, a fondé ses mesures d’assouplissement sur la réalité sanitaire et politique du pays. «Malheureusement, au Sénégal, les gens analysent les discours à partir de leur propre point de vue, alors que les points de vue varient selon la position des uns et des autres. Le point de vue d’Ousmane Sonko est complètement en déphasage avec la réalité de la pandémie. Il est dans son coin, il n’est pas en contact avec les médecins, ils ne disposent que des informations fournies quotidiennement par la presse. Il verse dans la spéculation», défend Souleymane Ndéné Ndiaye.

Selon lui, le chef de l’Etat maîtrise mieux que quiconque les réalités du pays. Il comprend également l’évolution du virus. «Le Président Sall n’a pas cédé à la pression de religieux et de commerçants. Je ne pense pas qu’il puisse sortir sans se référer aux informations des médecins par le biais du ministère de la Santé. Il nous a mis face à nos responsabilités. Le rôle de l’Etat est de mettre tout le monde face à ses responsabilités. Si on respecte les mesures barrières, nous pouvons nous en sortir», décortique-t-il. Une analyse qui sous-tend que chef de l’Etat a voulu mettre les Sénégalais à l’épreuve, en assouplissant les mesures, et mettre tout le monde face à ses responsabilités. «Nous avons dépassé plusieurs étapes. On doit être fier de Macky Sall. Les hôpitaux sont ouverts à tous les malades. Ils sont hospitalisés gratuitement. Chacun a le droit de critiquer son discours que je qualifie de responsable. Il n’y a aucune preuve de faiblesse. Un président de la République doit être flexible en écoutant son peuple», félicite le Pca de la compagnie aérienne Sénégal Airlines.

D’après M. Ndiaye, il y a des moments durant lesquels il faut faire preuve de réalisme. C’est ce que son ami a fait montre en invitant les citoyens à apprendre à vivre avec la Covid-19. «J’avais, dès le départ, recommandé la mise en quarantaine des villes épicentres de l’épidémie. Notre propre santé est en péril. On doit circonscrire le virus pour savoir le nombre exact de personnes infectées. C’est un discours de mise à l’épreuve. D’ici 15 jours, il prendra une autre décision», pronostique le dernier Premier ministre d’Abdoulaye Wade.

Sur les critiques portées sur la manière avec laquelle Macky Sall prend ses décisions, assimilées à un suivisme à la hâte de la France, Souleymane Ndéné défend encore son ami. «Le Président Sall ne singe pas Macron. Ce n’est pas vrai. Les mesures de Macky sont conformes à notre économie», dit-il.

«Je ne suis pas d’accord avec les chiffres de la croissance»

Souleymane Ndéné Ndiaye a également souligné qu’il est en désaccord avec le gouvernement que sur le taux de croissance. Fin connaisseur du fonctionnement de l’Etat, il remet en cause les 7 % de croissance économique brandis par son ami, Macky Sall. Pour lui, ces 7 % que l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd) attribue au Sénégal ne reflètent pas la réalité du pays. A l’en croire, ce sont des chiffres préfabriqués de toutes pièces. «Les 7 % de la croissance économique ne sont pas réels. Je ne crois pas au taux de croissance qu’on nous livre chaque année. Une croissance doit être une augmentation de notre économie. Le monde rural souffre de faim. Ce ne sont pas les Btp qui vont développer le pays. Notre économie doit être tirée de nos propres ressources», déconstruit Souleymane Ndéné Ndiaye qui dit être en contact permanent avec les habitants des contrées du pays. «Le taux de chômage est de plus de 80 %. Les jeunes ne travaillent pas. Je ne défends pas le chef de l’Etat, je donne mon point de vue», poursuit-il..

T W médias / Dakarmatin.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.