Roland-Garros: et de douze pour Rafael Nadal

Rafael Nadal est toujours le maître de la terre battue parisienne. L’Espagnol a dominé Dominic Thiem ce dimanche 9 juin en finale, dans un remake de la dernière édition.

L’Autrichien lui a tenu tête mais a fini par céder en quatre sets (6-3, 5-7, 6-1, 6-1). Nadal continue d’écrire sa légende avec ce 12e sacre à Paris et ce 18e Grand Chelem.

L’ogre n’est jamais rassasié. Cela fait 14 ans que ça dure. À trois reprises seulement, Rafael Nadal s’est manqué. Hormis ces quelques accrocs, le meilleur joueur de l’histoire du tennis sur terre battue (et l’un des meilleurs tout court, mais c’est un vaste débat) ne rate jamais ses rendez-vous avec la Coupe des Mousquetaires. Ce dimanche 9 juin, la grisaille du ciel parisien n’a pas empêché le 12e sacre de Nadal dans le tournoi de Roland-Garros. L’Espagnol a dompté Dominic Thiem en quatre manches (6-3, 5-7, 6-1, 6-1).

Les coups dévastateurs de Rafael Nadal ont fini par faire craquer Dominic Thiem, le 9 juin 2019.Pierre René-Worms/RFI

Nadal devant d’entrée

L’année dernière, l’Autrichien n’avait rien pu faire, déjà en finale, contre Rafael Nadal. Un an plus tard, il y a eu du progrès : officieusement affublé du titre de « deuxième meilleur joueur actuel sur terre battue », le quatrième joueur mondial, tombeur du numéro un Novak Djokovic en demi-finale, a davantage tenu tête au patron ibérique. Mais comme une évidence, comme dans un scénario inéluctable, « Rafa » a eu le dernier mot. Personne ne l’a jamais fait plier en finale à Roland Garros depuis son premier titre en 2005. Ce n’est toujours pas pour cette année… et c’est assez monstrueux et incroyable. Même si lui, Roger Federer et Novak Djokovic nous ont habitués aux prouesses, le spectaculaire agit toujours.

 

Davantage sollicité pour se hisser en finale – Nadal, lui, a corrigé Federer en trois manches rapides en demie – et moins reposé, Dominic Thiem a effleuré l’espoir de prendre la première manche. Mais l’Espagnol, combattant acharné, le lui a ôté juste derrière en débreakant, puis en breakant et en terminant le travail en moins d’une heure.

Dominic Thiem, finaliste, Rafael Nadal, vainqueur, et l’ancien champion australien Rod Laver.Pierre René-Worms/RFI

Thiem y a cru avant de s’effondrer

Le deuxième set, en revanche, a tourné à l’avantage de « Thieminator » (bien que l’intéressé ne goûte que peu à ce surnom). Les deux hommes se sont rendu coup pour coup jusqu’à l’accélération de l’Autrichien au bon moment. Ses coups adroits ont fait mouche et dans une ambiance revigorée, Rafael Nadal a été contraint de lui céder le deuxième set. Cela ne lui était plus arrivé depuis 2014.

Pour les spectateurs, le suspense n’a malheureusement pas fait long feu. Au lieu d’une finale de folie entre deux champions, ils ont plutôt eu droit à une démonstration de la part du roi. Dominic Thiem, sans doute fatigué, a été surclassé par le tenant du titre, peut-être vexé par ce set lâché. Rafael Nadal n’a eu besoin que de 30 minutes pour expédier le troisième set. Son adversaire n’a jamais revu le jour. Le quatrième set a été légèrement plus disputé, mais à peine.

Rafael Nadal exulte après sa victoire en quatre manches contre Dominic Thiem en finale de Roland-Garros 2019.Pierre René-Worms/RFI

A 33 ans, le « Taureau de Manacor » se maintient au sommet. Pour Thiem, 25 ans, il faudra repasser… ou attendre la retraite du Majorquin peut-être ? Car les années passent et si le maître de l’ocre peut flancher ailleurs, à Paris, il est toujours au top.

Lire la suite ici

T W / Sports

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.