« Mise à mort politique » d’Ousmane Sonko : L’Assemblée a-t-elle reculé ?

L’Assemblée nationale a procédé, hier, au vote, à l’unanimité, de la proposition de loi modifiant son règlement intérieur. Le texte passe en plénière vendredi prochain et des changements sont en vue.

Le  Quotidien, qui s’est procuré le document, parle d’un toilettage des textes après la suppression du poste de Premier ministre. Le nombre de commissions permanente passe de 11 à 14. Mais la nouveauté, c’est le surtout la commission de l’économie générale qui est éclatée en 2 commissions (Finances et contrôle du budget et Affaires économiques), informe le journal.

Les nouveautés sont les articles 41 avec 41 bis, 78 avec 78 bis, 80 avec 80 bis, 97 avec 97 bis instituant un comité d’évaluation des politiques publiques composé de 14 membres.

Quid de la « mise à mort politique » d’Ousmane Sonko redoutée par certains politiques? Le député Ousmane Sonko lui-même accuse le régime de vouloir procéder à sa liquidation politique, sans doute à l’occasion de la restitution du rapport de la commission d’enquête parlementaire sur l’affaire des 94 milliards de FCfa.

Les mesures de discipline annoncées par l’Assemblée sont-elles toujours à l’ordre du jour ? La question a été renvoyée à plus tard, révèle le journal. Les questions de discipline des députés, « que d’aucuns considèrent comme une loi inspirée de l’attitude de Ousmane Sonko qui avait refusé de déféré à la convocation des enquêteurs », ont été mises en suspens, jusqu’à l’année prochaine. « Au plus tard le 30 avril, la question de l’absentéisme, des écarts de langage, etc. sera évoquée », renseigne le confrère.

T W médias / Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.