La 17ème Dakar Fashion Week met à l’honneur la mode africaine

La 17ème édition de la Dakar Fashion Week s’est déroulée du 6 au 8 juin 2019. L’événement, créé par Adama Paris, s’est imposé comme un rendez-vous majeur pour les créateurs, confirmés ou novices, de la mode africaine.

Une trentaine de créateurs venant de 14 pays d’Afrique, mais aussi des Etats-Unis et de France, ont défilé durant 3 jours dans la capitale sénégalaise, attirant les médias, les amoureux de la mode et les acheteurs.

Cette édition était parrainée par Youssou N’Dour, un modèle de réussite à l’international. Le défilé d’ouverture a eu lieu au Pullman Teranga et les deux suivants au Radisson Blu. L’événement lancé par la styliste sénégalaise et entrepreneure Adama Paris rencontre de plus en plus de succès

 C’est l’occasion de donner un coup de projecteur à la créativité de la mode africaine. « Pendant longtemps, nous avons eu un complexe vis-à-vis de l’Occident, mais nous n’avons plus à rougir. De plus en plus d’Africains s’habillent avec du made in Africa. C’est important que nous nous approprions nos tissus et nos cultures et que nous valorisions nos savoir-faire » se réjouit Adama. Entrepreneuse dans l’âme (elle est notamment à l’origine de la création de la chaîne Fashion Africa TV), Adama est une ambassadrice du Sénégal sur la scène internationale. « J’aime mettre en avant le Sénégal que j’aime, celui de Victor Omar Diop ou d’Ousmane Mbaye ». Elle vient de lancer à Paris un concept store Made by African, Saargale, à Paris, dans le 12ème arrondissement.

Les réseaux sociaux ont largement contribué à offrir de la visibilité à ces créateurs africains. « Grâce à Instagram, les stylistes peuvent montrer leurs créations et recevoir des commandes du monde entier » constate Adama Paris. Cet événement est aussi l’occasion de faire prendre conscience aux créateurs débutants l’importance de soigner leur image et leur marketing. « Bien sûr, que l’on peut vivre de ses créations ! » s’exclame Adama. « Il ne faut pas hésiter à se bouger, à créer des plateformes telles que la DFW pour se développer », estime celle qui regrette la léthargie des gouvernements à structurer des filières artistiques et le manque d’investissements dans ce secteur.  » D’une manière générale, on manque encore d’écoles, d’aides à la création, d’usines et de circuits de distribution pour nos produits… », analyse Adama.

Parmi les créateurs présents, des Sénégalais étaient à l’honneur : la saint-louisienne Rama Diaw qui a offert au public une collection à partir de voile mauritanien et de pagne tissé, Sisters of Afrika, Tipi Style, Versailles (d’origine sénégalaise, vit à New York) ou encore So Fatoo.

Plusieurs femmes se sont particulièrement démarquées par leur originalité et leur raffinement : le duo de créatrices Simone et Elise, deux amies originaires de Côte d’Ivoire, qui ont proposé des robes de couleur noire et orange vif sur lesquelles sont peintes des visages comme des tableaux. « Nous voulons que chacune de nos pièces soient artistiques », souligne Simone.  » Nous avons décidé de créer des tenues qui vont sublimer la femme en jouant avec les couleurs, différentes matières pour au final marquer au fer l’identité africaine ». Leurs pièces sont disponibles au Nahyel Concept Store à Dakar.

Rossy de Palma, l’actrice espagnole, l’une des muses du cinéaste Pedro Almodovar et complice du couturier Jean-Paul Gauthier, était également présente à cette Dakar Fashion Week. Amie d’Adama Paris, elle a confié adorer la mode africaine et sa créativité.

LIRE LA SUITE ICI

T W / Culture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.