Idrissa, je vais vous dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité !

C’est avec joie et tristesse que j’ai lu votre livre. Joie, car cela montre que l’opposition est en place et que le Sénégal est une référence en matière de démocratie en Afrique et dans le monde, tristesse, car cela me rappelle un peu le parcours de votre père adoptif.

Idrissa, je ne vais pas rentrer dans les détails, de votre livre pour éviter les polémiques, mais nul ne doute de vos compétences.

De directeur de campagne de votre père adoptif en 1988, vous êtes devenu ministre du commerce, de l’artisanat et de l’industrialisation en 1995, avant d’être Ministre d’Etat, Directeur de cabinet du président en 2000 pour enfin être Premier ministre de 2000 à 2004. Candidat malheureux aux élections présidentielles de 2007, 2012 et 2019, mon cher Idrissa, ce n’est pas votre faute, mais vous avez été manipulé et détruit politiquement par votre père adoptif qui n’aime personne d’autre que son fils biologique. Hélas, ce fils biologique n’était pas aimé par les sénégalais, donc il fallait choisir entre les deux fils adoptifs. Finalement, le destin choisira votre frère adoptif.

Votre père adoptif était tellement préoccupé par les coups d’état en Mauritanie et Guinée, car étant entouré par ces pays dirigés par l’armée et la peur, que les militaires de ces pays tentent de convaincre nos hommes de tenue à prendre le pouvoir, était réel. C’est la raison pour laquelle il entretenait de très bonnes relations avec note armée. Il était très vulnérable, mais sa personne faisait peur et c’est pourquoi il a pu facilement être réélu, malgré un bilan très piteux. Il n’avait pas créé beaucoup d’emplois, n’était pas en mesure de résoudre la rébellion en Casamance et ses grands travaux étaient inachevés. 

Les problèmes socio-économiques persistaient, l’émigration clandestine vers l’Europe était un sérieux problème durant sa présidence sans parler des problèmes d’inondations. Il était un très bon politicien, mais un très mauvais leader. Tout le monde semblait être mécontent avec sa manière de mêler sa famille et ses proches dans les affaires de l’état. Ils ont tous décrié qu’ils étaient assoiffés de pouvoir, mais ils ont quand même voté pour lui. Est-ce qu’il y avait une réelle alternative?

Il vous disait que le potentiel deal était que vous deveniez président pour deux termes, pour ensuite laisser la place au fils biologique, le temps qu’il se développe en tant que politicien pour garantir l’immunité de la famille Wade. Ce deal, de faire du Sénégal un royaume n’a pas été accepté par les Sénégalais, mais vous auriez dû savoir que votre père adoptif n’allait jamais appliquer cette option.

Votre père adoptif était très fâché quand vous aviez pris ses dossiers médicaux pour vous assurer s’il était suffisamment en santé pour un second mandat. Cela ne l’a pas du tout plu et c’est là qu’il a commencé à cogiter sur votre sort. Il fallait trouver quelque chose, même si c’est minime, pour pouvoir vous écarter. C’est ainsi que votre père adoptif vous mettra en prison… Il y avait des échos sur ce fameux protocole de Rebeuss entre vous et votre père adoptif, ce que vous avez nié à travers vos avocats, mais aussi dès votre sortie de prison. 

L’électorat sénégalais soutient énergétiquement un outsider, mais ils ont tendance à toujours montrer le dos à quiconque compromet ses principes. Votre frère adoptif n’a pas aidé dans l’affaire des Chantiers de Thiès non plus, il était déterminé à vous détruire, car il n’y avait qu’un fauteuil pour trois fils, donc la guerre était déclarée. Il s’est assuré que l’enquête continue en transmettant des demandes au gouvernement suisse pour savoir si les fonds qu’ils ont dit que vous aviez détournés n’étaient pas déposés dans les banques suisses. Il a même ajouté que vous étiez d’accord de restituer une partie de ces fonds comme condition de votre libération, ce que votre équipe juridique a réfuté.

Cette perception de détournement de fonds a déjà été encré dans la tête des Sénégalais, malgré un non-lieu. Au Sénégal, l’électorat colle une étiquette à chaque leader, et une fois que cette étiquette est sur vous, cela peut vous suivre durant toute votre carrière politique et dès fois toute votre vie. Prenons le cas de feu Djibo Leyti Ka, cet homme a tout donné au Sénégal, et pourtant quand son nom est évoqué, les gens pensent automatiquement à transhumant. Ce qui est sûr, c’est que seul vous, votre père adoptif, et quelques autres proche du dossier connaissent vraiment la nature de tout accord, s’il y en a eu un bien sûr. Le mal était déjà fait et il était irréversible.

Idrissa, vous étiez bien parti pour devenir le quatrième président du Sénégal, mais vous avez été trahi par votre père adoptif et votre frère adoptif. Ne vous en faites pas, il a aussi trahi votre frère adoptif en le démettant de sa fonction de président de l’Assemblée nationale, mais ce dernier est devenu président de la République, c’était décrété qu’il allait devenir président ; cela faisait partie de son destin et nul ne peut échapper à son destin. 

Cependant, tout a été fait pour détruire votre frère adoptif, il a été accusé de blanchiment de fonds reçus de la part du président du Gabon suite à une lettre de votre frère au président gabonais demandant de l’aide. Certes, votre frère adoptif n’a pas commis de blanchiment d’argent, mais il a commis l’erreur d’accepter de l’argent d’un chef d’Etat étranger, car non seulement, c’est inapproprié, mais aussi cela représente un outil facile pour le gouvernement de mener des poursuites contre quiconque. Votre père adoptif pouvait facilement le mettre en prison pour cela, mais votre frère adoptif était destiné à devenir président. Il pouvait même le poursuivre sur les fonds taïwanais, mais il était inscrit dans les livres que votre frère adoptif allait devenir président. Nul n’y pouvait rien.

Il a encore eu à irriter votre père adoptif quand il a eu une réunion secrète avec le Khalife générale des mourides, ce que votre père adoptif a appris plus tard. Il voulait détruire votre frère adoptif comme il vous a détruit, et il était prêt à tout pour cela. Votre frère adoptif est devenu président, et je laisse chaque Sénégalais juger son septennat, sinon on risquerait d’avoir autant d’avis que de population. Vous connaissez bien les Sénégalais…

Mais bon, votre père adoptif voulait par tous les moyens, légaux et illégaux, que son fils biologique devienne président, que n’a-t-il pas essayé de faire, qui a-t-il épargné ? Il a accusé Dansokho de détournements de fonds, Niasse de vente des passeports à des Chinois et d’avoir acquis sa maison sur la corniche illégalement, Tanor Dieng de vente illégal de licences de pêche aux Chinois. Je ne dis pas que c’est vrai ou faux, mais je réitère juste les propos de votre père adoptif.

Idrissa, quand on veut devenir président, c’est parce que nous pensons avoir une meilleure vision que le président en exercice pour développer le Sénégal. Je vous dis et je vous assure que ce n’est pas nécessaire de devenir président pour développer son pays. Idrissa, le président Wade vous a détruit avec les chantiers de Thiès et avec la réconciliation déguisée. Les Sénégalais ne vont jamais vous élire. Cependant, en formant des jeunes compétents, ils auront la même vision que vous. Je vous propose deux choses pour l’intérêt du Sénégal. Soit vous rejoignez le président en exercice, votre frère adoptif, pour l’aider à développer le Sénégal, soit vous ramenez Abdourahmane Diouf et vous le laissez prendre les devants du parti pendant que vous le conseillez. 

 Bon Ramadan!

Mohamed Dia
Email: mohamedbaboyedia@gmail.com

T W / Contributions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.