Droits de l’homme : l’hommage posthume de Google à l’Africaine Margaret Ogola

Aux âmes bien nées et ayant fait œuvre utile à l’humanité, les honneurs ne cessent jamais, même outre tombe. Une expérience que feue Margaret Ogola est en train de vivre du fond de sa tombe pour avoir reçu un Doodle Google.

Selon Wikipédia, un Google Doodle «  est une modification particulière et temporaire du logo de Google présentée pendant une journée sur la page d’accueil du moteur de recherche de l’entreprise ».

Et le moteur de recherche a choisi de dédier le Doodle de ce mois au 60è anniversaire du Dr Margaret Ogola décédée le 21 septembre en 2011 des suites d’un cancer.

Pédiatre de carrière, Margaret Ogola fut écrivaine. Elle a contribué à la construction du patrimoine littéraire de l’humanité à travers ses romans dont « La Rivière et la Source et sa suite », « Je jure par Apollon » et « La Rivière et la Source ».

Des œuvres qui lui ont valu des récompenses parmi lesquelles le prix des écrivains du Commonwealth et le prix Jomo Kenyatta de littérature en 1995.

Mais, avant d‘écrire son premier ouvrage, le Dr Ogola avait occupé des postes de direction dans plusieurs ONG spécialisées dans le VIH/Sida au moment où la pathologie faisait beaucoup de ravages au Kenya.


Le Doodle du Dr Ogola

« Si nous ne reconnaissons pas que chaque personne est irremplaçable et précieuse en raison de sa simple conception ne peut pas commencer à parler des droits de l’homme. Les attributs accidentels que nous acquérons, tels que la couleur, le sexe, l’intelligence, les circonstances économiques, les handicaps physiques ou mentaux, ne doivent pas servir de prétexte pour priver une personne de la vie », disait Margaret Ogola à la conférence de Beijing en 1995 sur la dignité de la femme africaine.

T W / Culture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.