Cameroun : le franc CFA s’invite au « Grand dialogue national »

Le peuple camerounais doit débattre du franc CFA. C’est la proposition soumise par des banquiers camerounais ayant participé au « Grand dialogue national » qui se tient du 31 septembre au 4 octobre à Yaoundé en vue de trouver des solutions durables à la crise dite anglophone.

Initié par le président Biya dans le dessein de trouver des issues de sortie de la crise qui fait des ravages depuis 2017 dans les zones camerounaises d’expression anglaise, un « Grand dialogue national » ouvert le 31 septembre se clôture ce vendredi à Yaoundé.

Mais en attendant la tombée des rideaux, la postérité devrait retenir la panoplie de propositions faite par des dizaines de participants à ces retrouvailles censées ressouder le triangle camerounais visiblement fracturé. Parmi ces propositions, celle soumise par l’Association professionnelle des établissements de crédit du Cameroun (APECCAM).

Pour cette institution, le problème camerounais n’est pas seulement politique, mais aussi économique. Mieux, dans un contexte où le pays plombé par des fléaux comme le chômage, l’APECCAM estime qu’il est grand temps de débattre du principal atout ou handicap de l‘économie : la monnaie. C’est-à-dire le franc CFA.

« Le débat y relatif intéresse de nos jours, la société civile et les politiques. Et, symbole colonial pour les uns, facteur de stabilité économique pour les autres, le franc CFA n’en finit pas de susciter d’ardents commentaires », a proposé la structure présidée par Alphonse Nafack, diplômé de l’Institut technique des Banques de Paris et PDG d’un établissement bancaire.

Héritage de la colonisation, le franc CFA est utilisé dans 15 pays africains, anciennes colonies françaises dans le continent. Il est aujourd’hui au cœur de vifs débats à travers le continent. Les uns comme le Franco-béninois Kemi Seba y voient une pérennisation de la colonisation et partant un bradage de la souveraineté monétaire de pays africains donc, une hypothèque économique.

D’autres Africains tels que le président ivoirien Alassane Dramane Ouattara estiment que le franc CFA assure une stabilité monétaire aux pays africains qui l’utilisent.

T W médias / Actu Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.