Avortement médicalisé : Pourquoi le Sénégal traîne les pieds

Le protocole de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits de la femme Afrique met, en son article 14, à la charge des États-parties l’obligation de donner accès à l’avortement aux femmes et filles porteuses de grossesses suite à un viol, un inceste ou toute autre agression sexuelle.

Curieusement, le Sénégal, qui l’a ratifié depuis 2004, traîne toujours les pieds dans sa mise en œuvre. Pis, son Code pénal considère encore l’avortement provoqué comme une infraction très grave. L’information a été lâchée hier, selon Libération, lors d’un atelier de renforcement de capacités des journalistes en santé.

T W / Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.